Vous êtes ici : Recherche et Avenir » Rencontres » RUE : Les docteurs au cœur de l’innovation… Coup de cœur du Jury

Le projet de Recherche et Avenir, avec son Rapprochement Université Entreprise (RUE), a remporté le prix ANDès Initiatives …

A l’occasion de la Journée nationale des docteurs, la délégation Recherche & Avenir emmenée par Stéphanie Godier a fait forte impression du côté de Marseille où étaient décernés les prix de l’Association Nationale des Docteurs (ANDès). A la clef, l’un des quatre trophées, celui du coup de cœur du jury, visiblement séduit par la démarche azuréenne en faveur de l’insertion des docteurs et doctorants dans le monde économique, via du lien solide et pérenne créé entre les laboratoires et les entreprises.

La méthode ? « Placer le docteur au centre du projet commun, pour qu’il s’y positionne en tant que leader », explique Stéphanie Godier, toujours aussi impliquée dans cette noble tâche. Et cela change tout : devenus acteurs majeurs de l’innovation, nos docteurs pourront alors endosser la double casaque aux couleurs des mondes académique et économique mêlés, s’assumant de fait comme véritables forces de proposition pour l’entreprise. « C’est ce qui nous manque aujourd’hui, il faut créer le réflexe, via plus de mises en relation, plus de formations, des dispositifs financés pour accompagner ces parcours. C’est là une des clefs du renforcement de l’innovation. »

Nouvelle vague

« Le docteur est timide, mais bourré de potentiel !» Il lui faut simplement un cadre propice, une méthodologie claire, pour enfin dévoiler ses talents. « L’Université est parfois trop conservatrice, mais c’est en train de changer », et les efforts en ce sens de Frédérique Vidal, présidente de l’UNS, ont été salués. Petit bémol par contre sur l’actuelle formation professionnalisante (obligatoire pourtant), qui semble atteindre ses limites avant que d’offrir quelque bénéfice. D’où cette Journée nationale de réflexion, qui outre la mise en lumière des initiatives primées, débouchera sur un Livre blanc à remettre au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, pour faire bouger les lignes, en bon entendement avec de grands groupes ou de belles PME à l’affût de ces nouvelles opportunités, Orange ou Total en tête de ligne. Pour Stéphanie Godier et ses coreligionnaires, « l’idée, c’est que le gouvernement se positionne clairement et impose des actions pour favoriser les rapprochements labos-entreprises, créer un réseau de docteurs et doctorants pour attirer les talents et les idées, améliorer les relations entre universitaires et recruteurs. » Et que Recherche et Avenir, à travers son dispositif RUE, soit sous les feux marseillais serait plutôt bon signe.

Isabelle Auzias – La Tribune Côte d’Azur