Vous êtes ici : Recherche et Avenir » Rencontres
Workshop REA : 3 tables rondes qui s’annoncent passionnantes

Workshop REA : 3 tables rondes qui s’annoncent passionnantes

Tout en s’adaptant au contexte sanitaire, trois temps forts seront proposés pour approfondir les nouvelles révolutions en biologie et leurs perspectives économiques et enjeux sociétaux.
Durant cet événement, nos animateurs interrogeront les experts qui interviendront au cours des trois tables rondes d’une heure afin d’échanger et se questionner sur les sujets à l’ordre du jour.
Sans attendre ils nous en livrent le fil conducteur.

Bio-impression ou impression 3D en santé

« Depuis ses débuts il y a 30 ans, l’impression 3D a parcouru un long chemin et offre aujourd’hui de nouvelles opportunités dans de nombreux secteurs, notamment dans celui de la santé avec la bio-impression.

Le développement de l’ingénierie tissulaire et la fabrication de tissus biologiques implantables représentent des progrès décisifs, des enjeux sociétaux majeurs ainsi que des perspectives économiques considérables sans parler des questions éthiques qu’ils soulèvent.

La bio-impression et l’impression 3D sont à la croisée des chemins et représentent une révolution en santé mais quelle en est la réalité ? Quels en sont les usages ? Enfin, à quels enjeux économiques et éthiques peut-on s’attendre ? » Laetitia Pineau

 

A la croisée du numérique et de la biologie

« Dans cette table ronde nous allons nous intéresser aux progrès de ces dernières années en matière de modélisation numérique et voir s’ils permettent désormais de modéliser le fonctionnement du vivant et en particulier de l’humain de manière fiable et utile. Peut-on espérer dans les prochaines années un « jumeau numérique » qui permettrait de personnaliser les traitements, de raccourcir les tests cliniques et d’accélérer la recherche pour le traitement de certaines thérapies ?

Nous allons également regarder la place du numérique aujourd’hui dans le système de santé français et discuter des perspectives, freins en enjeux sociétaux pour un usage plus massif du numérique aux services des patients et du monde médical.

Enfin s’il est clair que le numérique peut venir en aide à la biologie et à la santé, l’inverse est-il imaginable ? Nous allons découvrir la façon dont la biologie pourrait permettre de répondre à l’immense défi de stockage de données numériques dont le volume croit mondialement de plus de 60% chaque année. Et si demain le patrimoine culturel mondial était stocké dans de l’ADN ? » Laurent Londeix

 

Virologie, enjeux des nouvelles thérapies

« Alors qu’une pandémie de coronavirus sévit, il nous a paru essentiel de faire le point sur les progrès en virologie. Pour cela, nous avons réuni un chercheur, un représentant d’entreprise, et un institutionnel pour apporter des regards croisés sur cette thématique, sujet de forte actualité.

Nous parlerons certes de la Covid-19, mais pas seulement. Nous élargirons nos réflexions à d’autres pathologies virales humaines et même à la virologie vétérinaire.

Au cours de cette table ronde, nous tenterons d’abord de caractériser les innovations en virologie de ces dernières décennies, aussi bien les traitements que les tests pour adapter ces traitements, et les outils de prévention tels que la vaccination. Puis nous nous intéresserons aux enjeux auxquels il sera nécessaire de répondre, tant techniques que sociétaux, et nous nous interrogerons sur les perspectives qui s’y rattachent.

En particulier, nous ferons réagir nos intervenants sur la pertinence de développer des thérapies antivirales basées sur la stimulation du système immunitaire, sur la nécessité de plus étudier les zoonoses, sur l’impact économique des épidémies virales, et l’acceptabilité de la vaccination. » Amandine Plantivaux

 

►Pour s’inscrire (avant le 28 janvier 2021)
https://rechercheetavenir.eu/evenement/workshop-2021-nouvelles-revolutions-en-biologie/

L’IAE Nice aux côtés de REA pour son Workshop

L’IAE Nice aux côtés de REA pour son Workshop

 

Si Recherche et Avenir met en avant les professionnels du milieu entrepreneurial et de la Recherche publique, l’association n’oublie pas pour autant de valoriser l’enseignement supérieur et les étudiants, qui représentent un large vivier capable de répondre aux ambitions du futur, et dès à présent, aux enjeux contemporains.

Partenaire de l’Université Côte d’Azur, c’est donc tout naturellement que Recherche et Avenir, Association Européenne pour l’Education et la Recherche en Sciences, s’est tournée vers l’IAE Nice pour son Workshop. Ces derniers fêtent cette année les 3 ans d’un partenariat fructueux.

 

L’IAE Nice et le Master Management de la Communication d’Entreprise, entre polyvalence et excellence

Créé en 1966, l’IAE Nice répond à l’ambivalence d’offrir aux étudiants une formation à finalité professionnelle de haute qualité et de délivrer aux entreprises les savoir-faire dont elles ont besoin. Grâce à une implantation géographique attractive dans une région à forte activité économique et une interconnexion solide avec le monde académique, professionnel et de la recherche, l’école universitaire de management jouit d’une reconnaissance sur le plan international grâce notamment à ses nombreux partenaires “Worldwide”.

L’IAE en chiffres c’est : 210 partenaires internationaux, 270 enseignants-chercheurs et intervenants experts de haut niveau, 22 diplômes couvrant les principaux domaines de la gestion et du management. Conciliant polyvalence et excellence, la Graduate School of Mangement propose notamment un Master en Management de la Communication d’Entreprise.

Ce Master est centré sur les problèmes organisationnels et managériaux, permettant ainsi d’envisager la communication dans ses aspects stratégiques et globaux.

 

Un engagement durable grâce à la contribution des étudiants

Pour la troisième année consécutive, l’engagement de l’IAE Nice se poursuit dans la collaboration avec Recherche et Avenir. L’association accorde, cette année encore, sa confiance à un groupe d’étudiants issus du Master COM dans la réalisation de son Workshop annuel. Cette édition 2021 sera rythmée par les Nouvelles Révolutions en Biologie.

 

 

Un grand merci à Pierre, Sabrina, Cora, Victor, Margaux (de haut en bas)

Une équipe projet investie durant plus de 4 mois

Dès le mois d’octobre 2020, Pierre Gilles, Cora Amayenc, Victor Gérard, Margaux Toquero et Sabrina El Majtni, étudiants en M2 COM, se sont attelés à la tâche quant à la réalisation de cet événement dédié aux professionnels et à la Science.

Une expérience enrichissante

« Au-delà de se constituer une expérience globale dans l’événementiel, notre volonté à tous était de relever le challenge de l’organisation un Workshop sur l’Innovation durant la crise sanitaire, en se servant notamment des outils digitaux.
Pour cela, nous avons défini nos rôles afin de nous répartir les différentes missions essentielles telles que la gestion des réseaux sociaux, la communication écrite et visuelle, et plus largement la logistique, et ainsi travailler plus efficacement dans le but de répondre à cet impératif inédit.

Cet événement est le fruit de notre investissement et de 4 mois de travail, mais aussi pour la 15ème année consécutive de l’implication de Stéphanie Godier (DG), des membres actifs de Recherche et Avenir, de ses partenaires, sans oublier celle des intervenants et de toutes les autres personnes ayant contribué à ce Workshop.

En somme, nous avons hâte de tous vous retrouver, que ce soit en présentiel ou en distanciel, à Sophia Antipolis pour le Workshop REA ce jeudi 28 janvier 2021 dès 9h ! »

Victor Gérard
Master Management de la Communication d’Entreprise

 

Le Workshop REA passe au « phygital »

Le Workshop REA passe au « phygital »

Nombre d’événements ont dû être annulés ces derniers mois en raison de la pandémie que nous traversons. Si le contexte sanitaire impose des conditions de réunion drastiques, grâce à l’avènement du digital des solutions existent.

Pour la 15ème édition de son Workshop qui se tiendra le 28 janvier 2021, Recherche et Avenir, soucieuse de maintenir son rendez-vous annuel à fait un choix légèrement différent, celui du « phygital ».

 

Le phygital un format aux multiples atouts sociétaux

Organisés en ligne, par le biais de plateformes Web connectant des participants dispersés géographiquement, le digital s’impose comme un format incontournable alliant respect des contraintes sanitaires, un aspect prépondérant en temps de crise, et empreinte carbone réduite. Ils comprennent souvent des fonctionnalités d’engagement interactives telles que des sondages, des questions-réponses, des boîtes de chat, etc.

Le phygital quant à lui est une solution hybride permettant d’allier la présence d’un nombre restreint d’individus à la captation, les experts réunis autour d’une même table dans le cas du Workshop REA, à une audience plus large via la diffusion massive ou streaming. Ce format favorise une plus grande interactivité au sein des acteurs des tables rondes.

 

Un haut niveau d’interactions conservé voire favorisé

Comme les événements en présentiel, la rétroaction, ou feedback, est cruciale pour les événements en ligne. Le choix du digital ne doit pas se faire au détriment des interactions et des échanges entre les intervenants eux-mêmes, mais également avec le public.

A l’image d’une participation en présentielle, les participants connectés lors d’événements virtuels, bénéficie grâce aux outils de vidéoconférence de moyens d’interagir avec les intervenants. Le clavier remplace alors la main que l’on lève et le micro que l’on prend.

 

Une dimension globale

C’est un fait incontestable, tous les organisateurs cherchent à accroître la portée de leur événement et à engager plus de gens.  Avec les événements virtuels, on s’exonère des limitations géographiques. La promotion d’un événement se fait via le web et les médias sociaux, et s’affranchit des contraintes dues aux déplacements.

Chacun peut se joindre instantanément à des évènements organisés aux quatre coins du globe. Outre l’accroissement de l’audience, le digital n’en reste pas moins un allié supplémentaire dans la course à l’attractivité des territoires et au rassemblement de talents.

Une considération qui n’a pas échappé à la première technopole d’Europe, Sophia Antipolis, siège de nombreux évènements dont le prochain Workshop REA.

 

En conclusion

Bien que l’intérêt pour les événements virtuels ait considérablement augmenté suite à la pandémie du coronavirus, il faut s’attendre à les voir se pérenniser.

En conciliant de nombreux avantages, les versions hybrides dites phygitales pourraient à terme s’imposer comme nouveau format de l’évènementiel de demain.
Sans plus attendre, l’équipe de Recherche et Avenir vous donne rendez-vous dès le 28 janvier pour son prochain Workshop.

► Pour  s’inscrire : https://rechercheetavenir.eu/evenement/workshop-2021-nouvelles-revolutions-en-biologie/

 

Electronie et PolyTech réunis autour d’un Hackaton

Electronie et PolyTech réunis autour d’un Hackaton

Illustration de la grande diversité des collaborations partenariales qui voient le jour entre entreprises et monde académique, s’est tenue le 20 novembre dernier la Remise des prix du Hackaton Hoplite sur le campus de PolyTech à Sophia Antipolis.

 

Un projet initié grâce au Dispositif RUE

Ce projet étudiant initié au travers du Dispositif RUE [Rapprochement Université Entreprises] a  vu le jour au printemps dernier autour du projet de création d’un gestionnaire de mots de passe matériel sécurisé, simple d’utilisation et 100 % français porté par l’entreprise Electronie.
A l’approche sa mise sur le marché, l’entreprise mouansoise qui souhaitait mettre à l’épreuve son gestionnaire de mots de passe matériel sécurisé s’est tournée vers le Dispositif RUE.

Pour répondre à ce besoin, c’est tout d’abord Bruno Martin, chercheur au laboratoire I3S, qui a été sollicité pour tester le chiffrement et la sécurité cryptographique d’Hoplite Key Manager.
Dans le second volet du projet, la mise ne place d’un Hackaton a permis aux étudiants de PolyTech de chalenger, au travers d’attaques multiples, le système sécuritaire de la clé Hoplite afin d’en garantir la robustesse.

 

 

Une expérience que tous souhaitent reconduire

A la veille de la commercialisation de la clé Hoplite, le bilan est positif tant pour Electronie qui a pu valider sa solution, que pour l’équipe pédagogique de PolyTech consciente de l’importance pour les étudiants de se voir offrir un terrain d’expérimentation grandeur nature.
David simplot représentant de la CASA et conseiller municipal ville d’Antibes s’est joint au satisfecit unanime en soulignant les bienfaits de telles synergies pour le territoire.

Au terme de la cérémonie, les deux équipes lauréates se sont vus décerner pour le 1er prix un chèque de 1250€, et de 500 € pour le second.

 

Electronie lauréate d’un chèque Innovation UIMM/F2i/REA-RUE en 2019

Pour rappel, grâce à ce projet l’entreprise Electronie a été lauréate de l’un des 3 chèques Innovation UIMM/F2i/REA-RUE en 2019.
Les candidatures pour 2020 sont possibles jusqu’au 15 mars 2021, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’équipe RUE : RUE@rechercheetavenir.eu

 

On en parle dans la presse

Tribune Côte d’Azur – Numéro 1074

 

► Lire l’article : https://rechercheetavenir.eu/wp-content/uploads/Article-Tribuca-27nov20.pdf

Le Dispositif RUE présenté aux entreprises du VAR

Le Dispositif RUE présenté aux entreprises du VAR

Mardi 24 novembre 20, l’UPV (Union Patronale du Var) mettait à l’honneur le Dispositif RUE lors de son webinaire, rendez-vous récurent à destination de ses entreprises adhérentes.

 Stéphanie Godier (Directrice Générale de REA) et Laurent Londeix (Délégué Régional Provence Côte d’Azur d’Orange et Trésorier de REA) ont, tour à tour, présenté cet outil qui a fait ses preuves depuis 2015, date de son lancement dans les Alpes Maritimes.
Présent dans le Var depuis 2 ans, il s’étend aujourd’hui à la Région Sud et offre aux entreprises une porte d’entrée sur la Recherche Publique.

 

Un outil opérationnel à destination de quelles entreprises ?

Toutes celles qui souhaitent se différencier de leurs concurrents en développant leur innovation, accroitre leur profitabilité et leur compétitivité grâce au soutien de la Recherche, sans distinction (TPE, PME PMI, start-ups, grandes entreprise) et tous secteurs d’activité confondus.

 

Pour quels types de collaborations ?

Le périmètre des collaborations est très large, et les livrables sont fonction des problématiques rencontrées par les entreprises.

Les partenariats qui voient le jour sont multiformes (stage étudiant encadré par un enseignant chercheur, projet tuteuré, thèse, contrat cadre de collaboration de recherche pour n’en citer que quelques-uns) et concernent des thématiques variées (scientifiques, process, production, marketing, business etc).

 

A quel coût ?

Aucun concernant l’identification de l’expertise au sein du tissu académique, la mise en relation, ainsi que l’accompagnement RUE tout au long du process.

La rémunération des équipes de Recherche est variable ; elle est fonction de l’envergure du projet qui aura été préalablement défini entre l’entreprise et le laboratoire / université / écoles.

Au cas par cas, le Dispositif RUE aiguille les entreprises vers les opportunités de financements disponibles (appels à projets, subventions Cifre, Labex, bourses Région Sud, Crédit Impôt Recherche etc.).

Des entreprises pleinement satisfaites, prêtes à reconduire l’expérience

Pour Eddie Gaignaire, gérant de Boxed (commercialisation de la solution Vuböks), interrogé lors du webinaire, la collaboration qui a vu le jour au printemps dernier avec l’EDHEC, l’a aidé dans la problématique commerciale qu’il rencontrait.

Pleinement satisfait il a reconduit la collaboration avec la Business School pour les prochains mois, en axant le partenariat sur le développement de son produit à l’international.

 

Delphine Raoux Médecin pathologiste chez Médipath (cabinet médical d’anatomie pathologique) a, quant à elle, mis en lumière l’apport de la collaboration engagée avec l’IMSIC (Institut méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication) autour d’un projet de développement de l’IA dans l’aide au diagnostic des médecins. Impliqués sur d’autres projets innovants, l’entreprise réfléchit actuellement à la mise en place d’autres partenariats.

 

Pour en savoir plus, concernant les étapes clés du process, leurs mises en œuvre, les résultats du Dispositif RUE, le webinaire est disponible en replay.

Chèques Innovation UIMM-F2i-RUE/REA : dernières semaines pour candidater !

Chèques Innovation UIMM-F2i-RUE/REA : dernières semaines pour candidater !

TPE-PME-PMI adhérentes à l’UIMM Côte d’Azur, dernières semaines pour décrocher un chèque Innovation de 10’000€ !

 

Depuis 2018 l’UIMM Côte d’Azur (l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) avec le soutien de F2i (Fonds pour l’innovation dans l’industrie) se sont associés à Recherche et Avenir dans la mise en œuvre d’un projet d’aide au financement de l’innovation des TPE-PME-PMI de la Métallurgie.

 

Développer un projet collaboratif et bénéficier d’un chèque innovation d’une valeur de 10.000 €

 

Ce dispositif s’adresse aux industriels désireux de s’appuyer sur l’expertise des laboratoires de Recherche / Université pour les aider dans leurs projets (technologiques, services, procédés ou business).

 

Il récompense sous la forme d’un cofinancement de 10’000€ les entreprises engagées dans une collaboration avec le monde académique, sous réserve que celle-ci ait été initiée via le Dispositif RUE. Ce dernier accompagne gracieusement les entreprises tout au long de la mise en œuvre de cette collaboration, des premières phases d’analyse des besoins et verrous, à la mise en relation avec l’expert scientifique jusqu’à la définition et la mise en place du projet.

Fort du succès de sa première expérimentation, 3 chèques Innovation de 10’000€ seront à nouveau attribués en 2021.

La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 15 juin 2021 (dossier de candidature transmis sur demande).

La délibération du jury ainsi que la publication des résultats interviendront avant le 31 juillet 2021.

 

CONDITIONS D’ELIGIBILITE

– avoir moins de 400 salariés
– être membre de l’UIMM Côte d’Azur
– avoir intégré le Dispositif RUE
– s’être engagé dans un investissement (impliquant la valorisation RH) au moins égale au montant financé par le Chèque Innovation

Pour en savoir plus rapprochez-vous de notre équipe sans tarder : RUE@rechercheetavenir.eu

 

Remise des prix lors de l’AG UIMM Cote d’Azur – 28 février 2019

Témoignages des 3 entreprises lauréates (Jury 2019)

 Hubert Dommartin, Directeur Général d’Aqua Lung France – La Spirotechnique I.C. : « La Spirotechnique au sein du groupe Aqua Lung, leader mondial des équipementiers de plongée, développe des détendeurs avec une approche empirique depuis plus de 70 ans. Même si cela fonctionne, nous avons voulu aller plus loin et grâce au Dispositif RUE, qui nous a sollicités et accompagnés, nous avons développé un partenariat avec le CEMEF, le centre de recherche commun de Mines ParisTech et d’ARMINES. Grace à cette collaboration et au travers d’une thèse, nous espérons obtenir un simulateur numérique du fonctionnement du détendeur nous permettant de développer de meilleurs détendeurs avec un délai de développement raccourci. »

Adrien Ricciardi, Ingénieur inventeur et porteur du projet chez Electronie : « ce chèque Innovation va nous permettre de concrétiser notre projet de clé cryptée, une solution de gestion de mots de passe sécurisée 100% française, garantissant un haut niveau de sécurité, une robustesse approuvée et une confidentialité maximale. Le dispositif RUE nous permet de collaborer avec le Laboratoire ESIEA de cryptologie et de virologie opérationnelles, pour améliorer et renforcer le chiffrement de notre produit. Cette collaboration donnera lieu à la certification du produit à un niveau militaire et nous permettra de viser les marchés publics français, européens et internationaux. »

Marine Hall, Directrice Administrative et Financière chez Areco : « Areco se développe depuis 20 ans à Grasse et s’entoure régulièrement de partenaires locaux. A ce titre, nous remercions particulièrement l’UIMM Côte d’Azur, le fonds F2I et Recherche et Avenir qui porte le dispositif RUE, grâce auquel nous avons obtenu de chèque. Le projet de rayon du futur pour lequel nous sommes primés ce soir s’appuie sur une preuve de concept d’Intelligence artificielle développée par l’INRIA et capable de reconnaître les fruits et légumes dans le but de proposer des services digitaux aux magasins agro-alimentaires ainsi que de l’information aux clients pour encourager la consommation de produits frais et lutter contre le gaspillage alimentaire. Il s’agira alors de travailler sur le comportement des usagers afin d’adapter l’offre des magasins. Michel Gschwind, dirigeant d’Areco, regrette d’être absent ce soir et vous remercie chaleureusement de l’attribution de ce prix qui récompense l’équipe qui porte ce projet, Frédéric Richard et Nicolas Decorde. »