Vous êtes ici : Recherche et Avenir » Rencontres
Le Workshop REA passe au « phygital »

Le Workshop REA passe au « phygital »

Nombre d’événements ont dû être annulés ces derniers mois en raison de la pandémie que nous traversons. Si le contexte sanitaire impose des conditions de réunion drastiques, grâce à l’avènement du digital des solutions existent.

Pour la 15ème édition de son Workshop qui se tiendra le 28 janvier 2021, Recherche et Avenir, soucieuse de maintenir son rendez-vous annuel à fait un choix légèrement différent, celui du « phygital ».

 

Le phygital un format aux multiples atouts sociétaux

Organisés en ligne, par le biais de plateformes Web connectant des participants dispersés géographiquement, le digital s’impose comme un format incontournable alliant respect des contraintes sanitaires, un aspect prépondérant en temps de crise, et empreinte carbone réduite. Ils comprennent souvent des fonctionnalités d’engagement interactives telles que des sondages, des questions-réponses, des boîtes de chat, etc.

Le phygital quant à lui est une solution hybride permettant d’allier la présence d’un nombre restreint d’individus à la captation, les experts réunis autour d’une même table dans le cas du Workshop REA, à une audience plus large via la diffusion massive ou streaming. Ce format favorise une plus grande interactivité au sein des acteurs des tables rondes.

 

Un haut niveau d’interactions conservé voire favorisé

Comme les événements en présentiel, la rétroaction, ou feedback, est cruciale pour les événements en ligne. Le choix du digital ne doit pas se faire au détriment des interactions et des échanges entre les intervenants eux-mêmes, mais également avec le public.

A l’image d’une participation en présentielle, les participants connectés lors d’événements virtuels, bénéficie grâce aux outils de vidéoconférence de moyens d’interagir avec les intervenants. Le clavier remplace alors la main que l’on lève et le micro que l’on prend.

 

Une dimension globale

C’est un fait incontestable, tous les organisateurs cherchent à accroître la portée de leur événement et à engager plus de gens.  Avec les événements virtuels, on s’exonère des limitations géographiques. La promotion d’un événement se fait via le web et les médias sociaux, et s’affranchit des contraintes dues aux déplacements.

Chacun peut se joindre instantanément à des évènements organisés aux quatre coins du globe. Outre l’accroissement de l’audience, le digital n’en reste pas moins un allié supplémentaire dans la course à l’attractivité des territoires et au rassemblement de talents.

Une considération qui n’a pas échappé à la première technopole d’Europe, Sophia Antipolis, siège de nombreux évènements dont le prochain Workshop REA.

 

En conclusion

Bien que l’intérêt pour les événements virtuels ait considérablement augmenté suite à la pandémie du coronavirus, il faut s’attendre à les voir se pérenniser.

En conciliant de nombreux avantages, les versions hybrides dites phygitales pourraient à terme s’imposer comme nouveau format de l’évènementiel de demain.
Sans plus attendre, l’équipe de Recherche et Avenir vous donne rendez-vous dès le 28 janvier pour son prochain Workshop.

► Pour  s’inscrire : https://rechercheetavenir.eu/evenement/workshop-2021-nouvelles-revolutions-en-biologie/

 

Electronie et PolyTech réunis autour d’un Hackaton

Electronie et PolyTech réunis autour d’un Hackaton

Illustration de la grande diversité des collaborations partenariales qui voient le jour entre entreprises et monde académique, s’est tenue le 20 novembre dernier la Remise des prix du Hackaton Hoplite sur le campus de PolyTech à Sophia Antipolis.

 

Un projet initié grâce au Dispositif RUE

Ce projet étudiant initié au travers du Dispositif RUE [Rapprochement Université Entreprises] a  vu le jour au printemps dernier autour du projet de création d’un gestionnaire de mots de passe matériel sécurisé, simple d’utilisation et 100 % français porté par l’entreprise Electronie.
A l’approche sa mise sur le marché, l’entreprise mouansoise qui souhaitait mettre à l’épreuve son gestionnaire de mots de passe matériel sécurisé s’est tournée vers le Dispositif RUE.

Pour répondre à ce besoin, c’est tout d’abord Bruno Martin, chercheur au laboratoire I3S, qui a été sollicité pour tester le chiffrement et la sécurité cryptographique d’Hoplite Key Manager.
Dans le second volet du projet, la mise ne place d’un Hackaton a permis aux étudiants de PolyTech de chalenger, au travers d’attaques multiples, le système sécuritaire de la clé Hoplite afin d’en garantir la robustesse.

 

 

Une expérience que tous souhaitent reconduire

A la veille de la commercialisation de la clé Hoplite, le bilan est positif tant pour Electronie qui a pu valider sa solution, que pour l’équipe pédagogique de PolyTech consciente de l’importance pour les étudiants de se voir offrir un terrain d’expérimentation grandeur nature.
David simplot représentant de la CASA et conseiller municipal ville d’Antibes s’est joint au satisfecit unanime en soulignant les bienfaits de telles synergies pour le territoire.

Au terme de la cérémonie, les deux équipes lauréates se sont vus décerner pour le 1er prix un chèque de 1250€, et de 500 € pour le second.

 

Electronie lauréate d’un chèque Innovation UIMM/F2i/REA-RUE en 2019

Pour rappel, grâce à ce projet l’entreprise Electronie a été lauréate de l’un des 3 chèques Innovation UIMM/F2i/REA-RUE en 2019.
Les candidatures pour 2020 sont possibles jusqu’au 15 janvier 2021, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’équipe RUE : RUE@rechercheetavenir.eu

 

On en parle dans la presse

Tribune Côte d’Azur – Numéro 1074

 

► Lire l’article : https://rechercheetavenir.eu/wp-content/uploads/Article-Tribuca-27nov20.pdf

Le Dispositif RUE présenté aux entreprises du VAR

Le Dispositif RUE présenté aux entreprises du VAR

Mardi 24 novembre 20, l’UPV (Union Patronale du Var) mettait à l’honneur le Dispositif RUE lors de son webinaire, rendez-vous récurent à destination de ses entreprises adhérentes.

 Stéphanie Godier (Directrice Générale de REA) et Laurent Londeix (Délégué Régional Provence Côte d’Azur d’Orange et Trésorier de REA) ont, tour à tour, présenté cet outil qui a fait ses preuves depuis 2015, date de son lancement dans les Alpes Maritimes.
Présent dans le Var depuis 2 ans, il s’étend aujourd’hui à la Région Sud et offre aux entreprises une porte d’entrée sur la Recherche Publique.

 

Un outil opérationnel à destination de quelles entreprises ?

Toutes celles qui souhaitent se différencier de leurs concurrents en développant leur innovation, accroitre leur profitabilité et leur compétitivité grâce au soutien de la Recherche, sans distinction (TPE, PME PMI, start-ups, grandes entreprise) et tous secteurs d’activité confondus.

 

Pour quels types de collaborations ?

Le périmètre des collaborations est très large, et les livrables sont fonction des problématiques rencontrées par les entreprises.

Les partenariats qui voient le jour sont multiformes (stage étudiant encadré par un enseignant chercheur, projet tuteuré, thèse, contrat cadre de collaboration de recherche pour n’en citer que quelques-uns) et concernent des thématiques variées (scientifiques, process, production, marketing, business etc).

 

A quel coût ?

Aucun concernant l’identification de l’expertise au sein du tissu académique, la mise en relation, ainsi que l’accompagnement RUE tout au long du process.

La rémunération des équipes de Recherche est variable ; elle est fonction de l’envergure du projet qui aura été préalablement défini entre l’entreprise et le laboratoire / université / écoles.

Au cas par cas, le Dispositif RUE aiguille les entreprises vers les opportunités de financements disponibles (appels à projets, subventions Cifre, Labex, bourses Région Sud, Crédit Impôt Recherche etc.).

Des entreprises pleinement satisfaites, prêtes à reconduire l’expérience

Pour Eddie Gaignaire, gérant de Boxed (commercialisation de la solution Vuböks), interrogé lors du webinaire, la collaboration qui a vu le jour au printemps dernier avec l’EDHEC, l’a aidé dans la problématique commerciale qu’il rencontrait.

Pleinement satisfait il a reconduit la collaboration avec la Business School pour les prochains mois, en axant le partenariat sur le développement de son produit à l’international.

 

Delphine Raoux Médecin pathologiste chez Médipath (cabinet médical d’anatomie pathologique) a, quant à elle, mis en lumière l’apport de la collaboration engagée avec l’IMSIC (Institut méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication) autour d’un projet de développement de l’IA dans l’aide au diagnostic des médecins. Impliqués sur d’autres projets innovants, l’entreprise réfléchit actuellement à la mise en place d’autres partenariats.

 

Pour en savoir plus, concernant les étapes clés du process, leurs mises en œuvre, les résultats du Dispositif RUE, le webinaire est disponible en replay.

Chèques Innovation UIMM-F2i-RUE/REA : dernières semaines pour candidater !

Chèques Innovation UIMM-F2i-RUE/REA : dernières semaines pour candidater !

TPE-PME-PMI adhérentes à l’UIMM Côte d’Azur, dernières semaines pour décrocher un chèque Innovation de 10’000€ !

 

Depuis 2018 l’UIMM Côte d’Azur (l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) avec le soutien de F2i (Fonds pour l’innovation dans l’industrie) se sont associés à Recherche et Avenir dans la mise en œuvre d’un projet d’aide au financement de l’innovation des TPE-PME-PMI de la Métallurgie.

 

Développer un projet collaboratif et bénéficier d’un chèque innovation d’une valeur de 10.000 €

 

Ce dispositif s’adresse aux industriels désireux de s’appuyer sur l’expertise des laboratoires de Recherche / Université pour les aider dans leurs projets (technologiques, services, procédés ou business).

 

Il récompense sous la forme d’un cofinancement de 10’000€ les entreprises engagées dans une collaboration avec le monde académique, sous réserve que celle-ci ait été initiée via le Dispositif RUE. Ce dernier accompagne gracieusement les entreprises tout au long de la mise en œuvre de cette collaboration, des premières phases d’analyse des besoins et verrous, à la mise en relation avec l’expert scientifique jusqu’à la définition et la mise en place du projet.

Fort du succès de sa première expérimentation, 3 chèques Innovation de 10’000€ seront à nouveau attribués en 2020.

La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 15 décembre 2020 (dossier de candidature transmis sur demande).

La délibération du jury ainsi que la publication des résultats interviendront avant le 31 mars 2021.

 

CONDITIONS D’ELIGIBILITE
  • avoir moins de 300 salariés
  • être membre de l’UIMM Côte d’Azur
  • avoir intégré le Dispositif RUE
  • s’être engagé dans un investissement (impliquant la valorisation RH) au moins égale au montant financé par le Chèque Innovation

Pour en savoir plus rapprochez-vous de notre équipe sans tarder : RUE@rechercheetavenir.eu

 

Remise des prix lors de l’AG UIMM Cote d’Azur – 28 février 2019

Témoignages des 3 entreprises lauréates (Jury 2019)

 Hubert Dommartin, Directeur Général d’Aqua Lung France – La Spirotechnique I.C. : « La Spirotechnique au sein du groupe Aqua Lung, leader mondial des équipementiers de plongée, développe des détendeurs avec une approche empirique depuis plus de 70 ans. Même si cela fonctionne, nous avons voulu aller plus loin et grâce au Dispositif RUE, qui nous a sollicités et accompagnés, nous avons développé un partenariat avec le CEMEF, le centre de recherche commun de Mines ParisTech et d’ARMINES. Grace à cette collaboration et au travers d’une thèse, nous espérons obtenir un simulateur numérique du fonctionnement du détendeur nous permettant de développer de meilleurs détendeurs avec un délai de développement raccourci. »

Adrien Ricciardi, Ingénieur inventeur et porteur du projet chez Electronie : « ce chèque Innovation va nous permettre de concrétiser notre projet de clé cryptée, une solution de gestion de mots de passe sécurisée 100% française, garantissant un haut niveau de sécurité, une robustesse approuvée et une confidentialité maximale. Le dispositif RUE nous permet de collaborer avec le Laboratoire ESIEA de cryptologie et de virologie opérationnelles, pour améliorer et renforcer le chiffrement de notre produit. Cette collaboration donnera lieu à la certification du produit à un niveau militaire et nous permettra de viser les marchés publics français, européens et internationaux. »

Marine Hall, Directrice Administrative et Financière chez Areco : « Areco se développe depuis 20 ans à Grasse et s’entoure régulièrement de partenaires locaux. A ce titre, nous remercions particulièrement l’UIMM Côte d’Azur, le fonds F2I et Recherche et Avenir qui porte le dispositif RUE, grâce auquel nous avons obtenu de chèque. Le projet de rayon du futur pour lequel nous sommes primés ce soir s’appuie sur une preuve de concept d’Intelligence artificielle développée par l’INRIA et capable de reconnaître les fruits et légumes dans le but de proposer des services digitaux aux magasins agro-alimentaires ainsi que de l’information aux clients pour encourager la consommation de produits frais et lutter contre le gaspillage alimentaire. Il s’agira alors de travailler sur le comportement des usagers afin d’adapter l’offre des magasins. Michel Gschwind, dirigeant d’Areco, regrette d’être absent ce soir et vous remercie chaleureusement de l’attribution de ce prix qui récompense l’équipe qui porte ce projet, Frédéric Richard et Nicolas Decorde. »

Workshop Robotique et Innovation : les trois tables rondes se dévoilent

Workshop Robotique et Innovation : les trois tables rondes se dévoilent

Depuis bientôt 14 ans le Workshop REA rassemble des experts autour des thématiques de notre temps. La prochaine édition rassemblera 12 intervenants venus d’horizons différents autour de 3 tables rondes dont chacun des 3 modérateurs nous livrent un aperçu.

Véhicule autonome : un robot au service de la mobilité

Table ronde #1 animée par Laurent Londeix (Orange) avec la participation de Laurent Bouzige (Toyota), Rémy Bendahan (IMRA), Jérôme Haerri (Eurecom), Marina Teller (DL4T-UCA).

De par sa capacité à se diriger par lui-même en tenant compte de son environnement, le véhicule autonome peut être assimilé à un « robot transporteur ». Alors que les premiers essais de ce type de véhicule ont eu lieu ces dernières années avec plus ou moins de succès, l’acceptabilité et la fiabilité de tels robots restent à démontrer en particulier dans un environnement où véhicules autonomes et véhicules classiques vont devoir cohabiter plusieurs années.

 

Notre table ronde se propose d’aborder le sujet tant d’un point de vue sociétal que technologiques à travers les questions suivantes :

*    Les technologies actuelles permettent-elles une diffusion à grand échelle de ce type de véhicule ? Quels sont les enjeux restant à résoudre ?  

*   Les nouveaux usages de la mobilité vont-ils transformer profondément le design et les fonctions de « l’automobile robotisée » ?

*   L’humain est-il prêt à confier sa vie à un robot ? Duels sont les enjeux juridiques et sociologiques à adresser pour permettre ce déploiement ?

 

♦ Les robots dans l’Industrie 4.0

Table ronde #2 animée par Laetitia Pineau (Cibl-Is) avec la participation d’Éric Psaïla (Thales DMS), Emmanuel Viale (Accenture), Eve Saint-Germes (GREDEG-UCA), Sylvie GIBERT(CEA)

L’utilisation de la robotique s’intensifie au niveau mondial et s’accélère dans l’industrie. Selon les derniers chiffres de la Fédération Internationale de la Robotique (IFR), le stock mondial de robots industriels a doublé au cours des dix dernières années et cela n’est pas sans conséquence sur nos sociétés et sur le marché du travail.

Là où certains craignent de perdre leur emploi dans les années à venir, d’autres voient dans cette vague technologique et sociétale, des opportunités de création d’emplois et de transformation du travail. On peut ainsi se demander à quoi ressemblera le monde du travail de demain, avec les progrès phénoménaux de la robotique (et de l’intelligence artificielle).

 

Notre atelier se focalisera donc sur les points suivants :

*    Les enjeux de productivité

*    La libération de la pénibilité

*    L’impact sur le travail et sur les hommes et les femmes

 

♦ Robotique et santé : enjeux du handicap et du vieillissement

Table ronde # 3 animée par Anne-Laure Rollet (CNRS) avec la participation de Patrick Chanudet (Borobo), Michel Leduc (AXYN Robotique), Jean-Pierre Merlet (INRIA), Dayle David (LAPCOS).

Il y a bientôt 40 ans le monde de la santé rencontrait celui de la robotique. Les premiers robots chirurgiens furent conçus et utilisés sur des patients au début des années 1980. Lorsque l’on pense à robotique et santé, on pense alors en premier à ce type de robots et à leurs avantages sur l’humain : précision, répétabilité, insensibilité au stress ou à la fatigue, miniaturisation…

Mais la robotique s’invite au-delà de ces applications pointues. Elle peut également apporter un soulagement dans les tâches répétitives des soignants ou aider à la maison les personnes affaiblies physiquement ou mentalement. Les progrès considérables de la robotique s’appuient sur d’importantes avancées dans les domaines des matériaux, de la physique, de l’informatique (hardware et software), des mathématiques, etc.

Cette avancée de la robotique dans le domaine de la santé nous amène à nous intéresser à la méthodologie de l’innovation dans ce contexte, à notre rapport à ces robots et à la répartition des responsabilités et des pouvoirs.

 

Notre table ronde traitera plus particulièrement de ces enjeux :

*   Exosquelette ou assistance médicale

*   Robot compagnon ou maintien à domicile

*   Vers le transhumanisme ?

 

Workshop REA Robotique et Innovation : une thématique aux multiples enjeux

Workshop REA Robotique et Innovation : une thématique aux multiples enjeux

À l’occasion de la 14ème édition du Workshop annuel REA le 30 janvier prochain, chercheurs et étudiants, dirigeants d’entreprises et acteurs économiques débattront autour de l’impact de la robotique dans l’innovation. Dans le domaine industriel, la robotique produit des automates réalisant des fonctions précises sur des chaînes de montage, notamment des engins capables de se mouvoir dans différents milieux dangereux (pollués, radioactifs, aériens, sous-marins, spatiaux…).

Outre l’industrie, la robotique intéresse également le secteur de l’automobile avec les véhicules dits autonomes, et le secteur médical, qui propose diverses prothèses (exosquelettes) ou une assistance aux chirurgiens.

La robotique s’est également étendue au marché grand-public avec des engins capables d’assurer seuls certaines fonctions (aspirateurs, tondeuses à gazon, transport de charge…) ou proposant des activités ludiques (robots compagnons, robots jouets…).

On peut s’interroger sur la vision à long terme des « inventeurs » qui créent ces robots sensés remplacer ou aider l’homme. Ont–ils réfléchi à leur implication en termes d’équilibre tant social, qu’économique ?

Depuis leur création, les robots jouent un rôle croissant et impactant dans notre société. Les défis technologiques de la robotique sont multiples, autant que les impacts sociétaux qu’ils induisent.

Si la robotisation présente de nombreux avantages pour l’Homme (préserver sa vie dans des situations à risque, l’aider dans l’acceptation du vieillissement…), elle présente également des inconvénients (déshumanisation…) qui seront à lister et à considérer afin de ne pas se laisser déborder et tendre vers une perte de contrôle, un point de non-retour joliment nommé Singularité… la même que celles tapies au cœur des trous noirs…

L’enjeu est donc de taille et mérite que l’on y consacre ce Workshop.

 

Douze experts et trois modérateurs issus d’horizons différents qui s’exprimeront sur ce sujet incontournable au cours des trois ateliers suivants :

 

9h00-10h00 : Véhicule autonome : un robot au service de la mobilité
Quels modèles de véhicule pour répondre à la mobilité ?
Communication et performance : développements technologiques
Sécurité et responsabilité : enjeux sociétaux et juridiques

10h15-11h15 : Les robots dans l’Industrie 4.0
Les enjeux de productivité
La libération de la pénibilité
L’impact sur le travail sur les hommes et les femmes

11h30-12h30 : Robotique et santé : enjeux du handicap et du vieillissement
Exosquelette ou assistance médicale
Robot compagnon ou maintien à domicile
Vers le transhumanisme ?

 

Stéphane Pouffary  interviendra en tribune pour l’ONG ENERGIES 2050  il s’interrogera sur comment la robotique peut se mettre au service du défi climatique.